DÉCOUVREZ
NOS ACTUALITÉS
8 février 2021

Portrait d’une expatriée

Prénom: Christina
Nationalité: Danoise-Américaine-Suisse
Age: 48 ans
Ville: Morges

Pourquoi avoir choisi de venir vivre en Suisse ?

En deux mots : par amour ! Je vivais à Bruxelles à l’époque – en 2000 – et mon fiancé (aujourd’hui mari) vivait à Zurich. Nous avions prévu de nous marier en France, et avions de la famille aux États-Unis, en France, en Suisse et au Danemark, et des amis un peu partout dans le monde. J’avais juste envie d’éliminer un pays de l’équation, alors j’ai déménagé à Zurich trois mois avant notre mariage.

 

Dans votre cas, n’aurait-il pas été plus simple de vous marier en Belgique ?

La tradition - aux États-Unis, au moins – est que l’on se marie là d’où vient la mariée. Puisque le concept de mon ‘chez moi’ est un peu flou étant donné mon parcours international, le plus logique était qu’on se marie en France, puisque mes parents y avaient pris leur retraite.

 

Comment s’est passée votre installation ?

Ce fut facile ! J’étais très enthousiaste. J’étais à la fin de ma vingtaine, j’avais vendu la plupart de tout ce que j’avais dans mon petit loft bruxellois, et avais hâte de commencer ce nouveau chapitre de nos vies à Zurich.

 

Quelles ont été les principales difficultés ?

Il n’y a pas eu de difficultés avec le déménagement même, puisque j’avais quitté Bruxelles qu’avec les choses qui avaient une valeur sentimentale. Comme avec tout déménagement, le côté le plus difficile – et tout en sachant que j’avais déjà, à l’âge de 27 ans, déménagé 13 fois – a été de dire au revoir à mes amis. Ça ne devient jamais plus facile.

 

Comment s’est passée votre intégration ?

Pour être tout à fait honnête, j’ai vécu un choc culturel pour la première fois de ma vie – et ceci, ayant vécu dans des endroits lointains comme la Zambie, Jérusalem et la Nouvelle-Zélande. Je suis arrivée à Zurich en m’attendant à ce que ce soit une intégration facile, mais n’étais pas du tout prête pour les barrières linguistiques et culturelles. Il m’a fallu un certain temps pour m’y adapter.

 

Est-ce qu’il y a beaucoup de différences culturelles?

La Suisse grouille de différences culturelles. C’est précisément ce que j’adore et ce qui en fait un endroit tellement unique. J’adore qu’il y ait des palmiers et des montagnes enneigées dans le même petit pays, qu’il y ait quatre langues officielles, et des identités culturelles aussi marquées !

 

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris ?

Il m’a fallu un certain temps pour m’habituer aux parfaits inconnus qui me disaient « Bonjour ! » lorsque je les croisais dans la rue. J’avais des moments de doute horrible : « On se connaît ?? » . Mon mari m’a expliqué que c’était juste une habitude suisse. D’ailleurs aujourd’hui, j’ai le problème inverse : je dis bonjour aux inconnus quand je suis en dehors de la Suisse !

 

Qu’est-ce qui vous manque le plus de votre pays ?

Je n’ai pas de « pays d’origine » au sens traditionnel du terme. D’ailleurs, la Suisse est le premier endroit où j’ai établi des racines. Ce qui me manque toujours le plus, ce sont les amis que j’ai faits le long du chemin. Les gens que vous rencontrez – et les expériences que vous partagez – sont ce qui vous lie à un endroit.

 

Quel lien gardez-vous avec votre pays d’origine ?

Je vote aux élections américaines et je célèbre Thanksgiving. Je garde toutes les traditions des fêtes danoises – surtout pour les anniversaires et Noël. Je suis sûrement partiale, mais je trouve que les Scandinaves savent vraiment bien comment infuser Noël de « hygge » !

 

Qu’appréciez-vous en Suisse ?

Vous avez combien de temps à disposition ?? Je pourrais en parler pendant des jours! Aussi cliché que cela puisse paraître, j’aime sa diversité linguistique et culturelle, les beaux paysages, le vrai sentiment de fierté culturelle, peu importe où vous allez, son histoire historique, son ordre. J’ai même besoin de mentionner le fromage et le chocolat ?!

 

Quel est votre cadre de vie?

Nous vivons à Morges, où nous sommes arrivés en 2002 depuis Zurich, où nous avions vécu pendant deux ans et demi. Nous sommes à quelques minutes à pied du lac. J’aime le fait que Morges soit assez petit que j’ai appris à connaître les commerçants locaux au fil du temps, mais assez grand qu’il y a toujours quelque chose à faire. J’aime particulièrement le marché hebdomadaire le long de la Grand’-Rue.

 

À quoi ressemble votre quotidien ?

En tant que traductrice et rédactrice indépendante, mes journées peuvent énormément varier avec le travail, dont le flux peut changer assez radicalement d’une semaine à l’autre. Une chose incontournable ? Je promène le chien pour minimum deux bonnes heures par jour - peu importe la charge de travail ou la météo!

 

Quel est votre endroit préféré à Morges ?

J’aime tout simplement me promener le long des quais au bord du lac. C’est comme si on était dans une peinture grandeur nature, peinte par Dame Nature, qui change tous les jours…

 

Avez-vous une anecdote à nous raconter ?

Curieusement, je suis née à Genève, mais j’ai déménagé quand j’avais à peine un an. Je suis revenue en 2000. Pour moi, un grand cercle s’est bouclé lorsqu’on a tous (mon mari, nos deux filles, et moi) été naturalisés – quel honneur !

 

Est-ce qu’il y a une idée reçue sur la Suisse/les Suisses qui s’est révélée fausse ?

Honnêtement, rien ne me vient à l’esprit. Je m’imagine que ça dépend de l’endroit dont vous parlez en Suisse, puisque chaque région est si différente – culturellement, linguistiquement et en mentalité.

 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite s’expatrier en Suisse ?

Soyez patient. Soyez curieux. Soyez prêt à explorer et à comprendre. Ce beau pays a tellement à offrir. A part ça, il y a apparemment une ‘bonne’ façon de plier le carton pour le recyclage – chose qui, après 20 ans, reste un mystère pour moi.

 

Envisagez-vous votre futur ici ?

Absolument. Je me sens très chanceuse d’appeler la Suisse mon « chez moi ».

 

5 mars 2021

CA next bank soutient Terre des hommes

Cette année encore, nous avons acheté des cartons d’oranges pour nos employés, afin de soutenir l’action de Terre des hommes en faveur des enfants vulnérables.

25 janvier 2021

Les votations du 7 mars 2021 en bref

Démocratie directe oblige, des votations ont régulièrement lieu en Suisse. Comme il n’est pas toujours facile de comprendre l’objet de ces votations, voici un bref résumé des prochains sujets soumis au vote du peuple.

20 janvier 2021

3 avantages à faire les soldes en ligne

Vous avez du mal à résister aux bonnes affaires ? Malgré la fermeture temporaire des magasins, utilisez votre carte de crédit pour effectuer vos achats sur internet et tirez-en un triple avantage.
Chat